Le scandale de l’arrêt du centre aquatique : plusieurs millions d’euros perdus

Comme nous l’annoncions depuis plus deux mois, la Maire de Vaulx-en-Velin a annoncé au Conseil Municipal du 26 juin 2014 qu’elle abandonnait définitivement le projet du Centre aquatique.

Elle a donné la raison qui la motive : « je ne veux pas être la Maire qui a la fin du mandat inaugure un centre aquatique », projet pas assez bien pour elle ou en tout cas, projet qui ne sera pas LE sien…Mme la Maire veut inaugurer SES projets…..Mais, pour justifier sa position, elle a un argument imparable…. L’école d’abord… La rénovation et la construction des écoles…. Elle veut mettre tout l’argent de la ville sur la rénovation des écoles plutôt que sur un Centre Aquatique.

Oui mais voilà, si la rénovation des écoles est une priorité tout à fait légitime, l’arrêt du centre aquatique, non seulement va faire perdre beaucoup d’argent à la ville, non seulement va mettre l’apprentissage de la natation pour nos enfants, priorité nationale de l’Education Nationale, en péril mais en plus ne va pas permettre d’augmenter le budget pour la rénovation es écoles.

Pour comprendre pourquoi, il faut revenir sur quelques chiffres essentiels.

Comme l’a confirmé la Maire dans sa présentation, l’arrêt du centre aquatique entraine une perte sèche pour la ville de 1,9 MILLIONS d’EUROS. Le coût final pourrait s’élever même à 2,5 millions en fonction des recours que feront les différentes entreprises lésées.La rénovation du Jean Geler coûtera 2,5 MILLIONS D’EUROS pour rénover une piscine d’un seul bassin qui a quarante ans et est obsolète. Il est possible que cette rénovation coute plus cher en fonction du diagnostic sérieux. En effet, l’estimation précise de sa démolition est de plus d’1,5 million, on comprend bien ce que cela implique que le coût approximatif de sa rénovation est probablement sous-estimé.

Rappelons que face à ce cout de 4,5 millions minimum qui aboutit à JEAN GELET RAFISTOLÉ, (peut-être 5 ou 5,5) le projet du centre aquatique coutera pour la ville 6 millions, auquel on peut ajouter les 1,4 millions de la démolition de JEAN GELET.La Maire préfère payer 4,5 à 6 millions pour la rénovation d’une piscine qui ne répond pas aux besoins des Vaudais que 7,4 Millions pour un centre aquatique de 3 bassins. Pis encore, les chances d’obtenir 1 à 2 millions supplémentaires dans le cadre du CNDS (budgets national du Ministère Jeunesse et Sport) en 2e instance était une hypothèse très sérieuse.

Tout cela pour récupérer 1 à 2 millions pour les écoles ? (le budget d’investissement de la ville est de chaque année d’environ 15  millions d’euros (ce montant est même monté à 20 ces dernières années). Non, impossible…. Aucun Maire, responsable des deniers publics et de l’intérêt de ces habitants ne peut faire un tel choix. Mais la Maire a un argument choc pour expliquer son choix en apparence irresponsable. Ce n’est pas 1 à 2 millions qu’elle va reporter mais 16 millions d’euros. Comme elle l’annonce sur le slide qu’elle présente au Conseil Municipal, justifiant sa position.

Screenshots_2014-06-29-00-22-38 (2)

16 millions de gagner pour les écoles….un report d’investissement qui permettrait de construire une nouvelle école ou d’en rénover 2……Et une école, c’est plus important qu’une piscine….pas de soute….oui mais voilà, et si ce chiffre était faux. Si la Maire ne reportait pas 16 millions mais seulement 2 ou 3 et en faisait perdre autant à la ville sans compter le manque à gagner des partenaires ? Le choix serait toujours justifier ? .Examinons de plus près le coût du centre aquatique pour comprendre que son annonce est un belle opération de bluff voire de mensonge..

2014-06-28 22.32.41

Pour comprendre ce qui va vraiment servir aux écoles dans les 21 millions, il faut décomposer le montant…. On y trouve…

La TVA pour 4 Millions d’Euros.

En effet, le chiffre proposé par la Maire est en TTC. Il faut savoir qu’une municipalité paye la TVA mais se fait rembourser avec un léger décalage dans le temps. L’arrêt du centre aquatique ne fait donc rien gagné à la ville sur ces 4 millions.

La subvention ANRU pour 4 millions.

En positionnant le centre aquatique au Mas, celui-ci intègre le projet du Mas et le périmètre aidé par l’Etat dans le cadre de ce que l’on nomme la convention ANRU 1. En annulant le projet, la Maire a donc demandé à l’ANRU de reporter cet argent sur des projets d’école. Le problème, c’est que le centre aquatique fait parti de la convention dite ANRU 1 qui se termine cette année, puisque le gouvernement lance désormais l’ANRU 2.

Pour reporter cet argent, il faut donc plusieurs conditions :

–        Que l’ANRU l’accepte dans le cadre de la clôture de l’ANRU 1, ce qui n’est pas une simple formalité mais une discussion complexe dans le cadre d’une discussion d’un avenant de clôture. Ce genre de discussion prend en général 6 mois à 1 an, l’ANRU étant un organisme sérieux qui étudie les dossiers et négocie fortement. Nous sommes au 7ème et dernier avenant, il n’y en aura pas d’autre pour ANRU 1.

–        L’ANRU ne résonne pas en « budgets constant par mairie » mais en contractualisation sur chaque projet. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’une mairie décide de ne pas faire un projet et veut le remplacer par un autre que l’ANRU reporte l’argent sur un autre projet. Si la Maire demande de reporter l’argent sur une rénovation d’école, non seulement le report n’a rien d’automatique mais, de plus, il y a de forte chance pour que cette rénovation, si le projet est bon, soit financé par l’Anru indépendamment du centre aquatique.

–        Si toutefois la Maire y arrivait, il faudrait qu’elle puisse proposer un projet d’école pour dépenser cet argent (4 millions HT) en 2014 voire en 2015 dernier délai. Un tel projet devra être d’au moins 8 millions d’euros (l’ANRU ne finance jamais plus de 50% d’un projet), faire partie du périmètre éligible et ne pas être déjà financé. Or, il n’y a aucun doute sur ce point, aucun projet de cette ampleur ne peut être prêt en moins de 3 à 4 ans. 2 ou 3 projets plus petits posent le même problème de délai.

Il est donc fort probable que nous perdions ces 4 millions d’euros et que l’Etat décide tout simplement de le donner à une autre ville dont un projet est prêt à démarrer mais qui n’avait pas été financé. Peut-être une autre ville avec un projet de centre aquatique, Cela serait le comble non ?

La subvention Région pour 4,5 millions

Proche du Président de la Région, la Maire aurait obtenu son accord de principe pour un report de cet argent. Le problème, c’est que la Région finançant déjà les projets en cours à son taux maximal, il faudra lui proposer un projet nouveau d’un montant au moins équivalent à 13 millions (il est rare que la Région finance plus de 30% des projets). Pour cela, il va falloir attendre à nouveau au moins 3 ans. Evidemment, la Région est plus patiente que l’Etat.

Ajoutons de plus que la Région, partenaire habituel de la ville, finance en général la plupart de nos  projets en politique de la ville. Si la ville décide de réhabiliter une école, il est plus qu’envisageable que la Région y aurait contribué de toute façon. Si la Maire obtient le financement d’un nouveau projet, comment savoir qu’il s’agit bien d’un financement « à la place » du centre aquatique ?

Mais le problème le plus important, c’est qu’il y a des élections régionales dans 1 an et qu’il est tout à fait envisageable que la Région Rhône-Alpes bascule. Dans ce cas, les 4,5 millions pourraient partir en fumée….. le nouveau président, s’inspirant peut-être de la Maire de Vaulx, pouvant ne pas se sentir engagé par la promesse de son précédent (car nous en seront qu’à ce stade)

La subvention de 1,2 millions du Conseil Général

Dans ce cas, les subventions se négocient dans le cadre d’un contrat triennal (avant quinquennal) et c’est effectivement celle qui correspond le plus à la logique défendue par la Maire. En effet, le Conseil Général ne finance pas tous les projets qui correspondent à la politique de la ville mais fixe une enveloppe pour le contrat triennal et négocie avec la ville les projets qui entrent dedans. Quand un Maire sort un projet, il peut négocier d’y mettre un projet équivalent puisque l’enveloppe est fixe. Ancienne Conseillère Générale, pas de doute que la nouvelle Maire a cru que les autres partenaires fonctionnaient pareils… il semble qu’elle est tombée de haut en découvrant l’Anru.

Le principal problème du Conseil Général, c’est qu’il va bientôt disparaître pour laisser place à la métropole l’année prochaine. Que restera-t-il des engagements du Président du Conseil Général face à un Gérard Collomb qui a déjà prévu des restrictions budgétaires.

Conclusion

En arrêtant le projet du centre aquatique, non seulement la Mairie va perdre 4,5 millions d’euros pour un projet qui ne convient pas, mais il y a fort à parier qu’elle ne récupèrera pas plus de 1 à 2 millions en investissement et que les autre millions fassent la joie d’une autre ville ou des réductions budgétaires d’autres instances. Si c’était pour récupérer 1 à 2 millions, n’aurait-il pas été plus légitime de remettre en cause d’autres investissement que la Maire a prévu comme une Maison de Quartier ou la rénovation du château du Mas ?

Au dernier Conseil Municipal, la Maire a justifié son cumul de mandat en expliquant que c’était pour chercher de l’argent bien mieux que ces prédécesseurs… mais alors pourquoi passe-t-elle son temps à vouloir récupérer l’argent déjà négocié plutôt que d’en chercher en plus ? Au final, cet argent qu’elle cherche à récupérer risque fort de lui échapper, et c’est finalement les Vaudais qui vont en payer le prix fort…..

 

Sauvons le Centre Aquatique de Vaulx en Velin

2014-04-29 22.16.35

 

Une pétition vient d’être mise en ligne pour sauver le projet du centre aquatique : http://www.petitions24.net/piscinevaulx

NON A L’ARRET DU CENTRE AQUATIQUE !!!

Le projet du Centre aquatique de notre ville est en grand danger. La nouvelle municipalité  étudie son abandon en nous proposant  une solution au rabais : une réhabilitation de la petite piscine Jean Gelet !

Cet abandon serait un coup dur pour toutes les Vaudaises et tous les Vaudais qui attendent l’ouverture de cet équipement de qualité, qui valorise le quartier et la commune en offrant  un service nécessaire et obligatoire pour les scolaires (l’apprentissage de la natation dans le programme de l’Éducation Nationale), les clubs sportifs et pour les loisirs de tous. Cet équipement fait partie intégrante de « l’Éducation ».

Sans parler de l’impact financier pour la Ville qui avait obtenu le financement de plus des 2/3 de l’investissement par l’Etat, la Région et le Conseil Général, dans le cadre de L’ANRU (Agence Nationale du Renouvellement Urbain). Une rupture du contrat entraînerait le paiement d’importantes  indemnisations aux entreprises engagées dans le marché.

Quant à l’hypothétique réhabilitation de l’actuelle piscine Jean Gelet, elle risque de coûter très cher et de contraindre à une longue fermeture, pour un résultat qui ne pourra pas être à la hauteur de ce qu’on attend d’un équipement aquatique moderne.

C’est pourquoi nous demandons à la municipalité de poursuivre le projet de Centre aquatique.

LES VAUDAISES ET LES VAUDAIS ONT DROIT À UN  CENTRE AQUATIQUE DE QUALITE

Cette pétition est soutenue par le Front de Gauche, UVI, AGV, Gauche Citoyenne, les élus municipaux des groupes « Gauche Citoyenne » et « Vaulx solidaire et Citoyenne ».

Collectif « Non à l’Arrêt du Centre Aquatique »

Sur le blog, vous trouverez un argumentaire complet sur le centre aquatique…..

 

La réforme des rythmes scolaires….mais que fait la municipalité ?

Depuis 2 mois, nous attendions des nouvelles de la réforme des rythmes scolaires….l’Education était annoncée comme une priorité par la nouvelle majorité (priorité aussi de l’ancienne mais bon….)…

Or, à part annoncé quelques coups de peinture sur les bâtiments scolaires, nous attendions avec impatience les annonces d’un contenu pédagogique original et intéressant, d’un budget, d’une dynamique….et ce d’autant plus, que depuis deux mois, silence radio, pas une annonce, rien…rien non plus au Conseil Municipal…Ce temps d’attente devait donc être mis à profit, pensions nous, pour préparer une véritable annonce…..

Et puis, sur le site de la ville, on voit apparaître « A la Une – La réforme des rythmes scolaires »….http://www.vaulx-en-velin.net/Actualites/A-la-Une/Rythmes-scolaires-rentree-2014

Evidemment, intrigué, nous avons lu avec attention le contenu du site, du flyer proposé….et là, GRANDE SURPRISE…..RIEN de NOUVEAU ou presque….

Le site et le tract reprenne pour l’essentiel ce que l’ancienne équipe avait déjà annoncé aux parents il y a 2 mois : des horaires modifiés avec la fin des cours à 15h45, cours le mercredi matin, un système périscolaire gratuit avec 2 possibilités : un système sans activité de 15h45 à 16H45 où les parents peuvent venir chercher les enfants à n’importe quel moment et 1 système où est proposé une activité pendant deux heures mais les enfants restent alors jusqu’à 17h45 sans possibilité de rentrer avant.

Seule nouveauté de l’annonce, l’annonce du début des activités repoussées au 29 septembre et l’annonce du contenu des activités repoussées à début septembre….Conclusion…..pas l’ombre d’une esquisse de nouveauté…Pas l’ombre d’un contenu original….Pas un élément sur la nature des activités sauf pour le sport, mais cela avait aussi déjà été annoncé il y a deux mois, les activités sportives s’organisent par famille d’activités (et non un sport en particulier) et se positionne sur l’initiation….C’est effectivement la ligne que j’avais fixé et préparé avec le service des Sports (je l’avais d’ailleurs déjà présenté aux parents)….

En attendant, les parents sont en train de faire les préinscriptions pour leurs enfants dans les clubs, dans les associations et ils ne savent rien de ce que la Municipalité pourra proposer à leurs enfants. Les clubs et associations n’ont eu aucune information concernant l’usage des équipements pendant le temps préiscolaire voire le possible décalage que ces activités pourraient entraîner….

Mais qu’a fait la nouvelle équipe pendant les deux mois qui viennent de s’écouler ? A-t-elle travaillé ? A quoi ? Sans doute, la nouvelle Maire est-elle bien trop occupé à savoir comment on peut annuler la piscine et par ses multiples mandats ?

Pour bien comprendre l’enjeu, disons le dès à présent. Pendant la campagne, nous avions travaillé à mener ces deux mois tambour battant pour présenter une offre aux parents début juin et faire des préinscriptions mi-juin; à réunir tous les utilisateurs des gymnases et autres lieux utilisable pour revoir les horaires d’utilisation; permettre à des structures comme les clubs de proposer aussi des activités dès 16h pour permettre aux enfants inscrits dans les clubs de finir plus tôt; Mis en place les premiers emplois jeunes dans le’s clubs pour permettre que ceux-ci puissent à la fois être utilisé dans le cadre du périscolaire mais aussi dans le cadre du club (3 jours pour les activités périscalaires et 1 jour pour que le club puisse proposer des activités à 16h).

Nous avions surtout commencé à penser le contenu d’une vraie offre de qualité comprenant une logique d’ensemble fixant l’éducation comme priorité. Chaque enfant aurait une offre parmi 4 types de propositions : Sport, Culture, Langue, Temps d’accompagnement. Un enfant prenant le périsoclaire 1 jour, choisit son activité parmi les 4 mais si il prend 2 ou 3 jours de périscolaire, il se retrouve obligé d’avoir une offre diversifiée en prenant dans des catégories différentes. Dans les activités culturelles, il s’agissait de développer des activités participatives comme le théâtre, la musique, le chant, la peinture, la photo, etc. Pour les langues, il s’agit de proposer des activités d’initiation à une langue sous forme ludique. Le temps d’accompagnement, qui s’adresse aux enfants dont les parents inscrivent en activité tous les jours est un accompagnement sous forme innovante et ludique pour aider à l’apprentissage de la lecture et l’écriture des enfants en difficulté scolaire. Rappelons que c’est l’enjeu de la lutte contre l »échec scolaire est central.

Les enfants s’engagent ainsi pour un semestre d’activités et doit changer le semestre suivant. Une telle politique dynamique centrée sur le développement de l’enfant aurtait eu le mérite de montrer que le slogan « Priorité à l’Education » n’est pas vide de sens….qu’il comprend une action pensée, réfléchit pour accompagner nos enfants….

Le flottement continue à la maire….Quel amateurisme….C’est affligeant et c’est les enfants qui vont en payer les pots cassés….

 

 

Retour sur le Conseil Municipal du jeudi 5 juin

C’est avec seulement une douzaine de rapports dont la moitié concernait des désignations à des instances multiples que le Conseil Municipal s’est déroulé ce jeudi 5 juin. Comme nous l’avions déclaré dans notre conférence de presse, ce trop faible nombre de dossiers a de quoi nous inquiéter puisqu’il signifie que peu de dossiers avancent à ce jour. Rien sur la mort annoncée du projet de centre aquatique mais rien aussi sur la réforme des rythmes scolaires, l’absence d’information étant de plus en plus pesante pour les parents et les enseignants.

La Maire a toutefois annoncé que ces deux dossiers seront abordés au Conseil Municipal du 26 juin……Par contre, à défaut de contenu, la salle du Conseil Municipal s’est vu affublée de deux téléviseurs permettant au public d’avoir une information sur le contenu des délibérations en discussion. Une très bonne initiative qui sera complétée par des caméras la prochaine fois, mais qui ne compense en rien l’absence de production de fond, bien évidemment.

Le premier rapport porte sur un avenant aux travaux concernant le réaménagement des terrains de tennis qui se trouvaient vers Jean Gelet et qui vont se retrouver vers la salle Jara pour un montant de 30.000€. Voici mon intervention pour ce rapport.

« Vous nous présentez aujourd’hui le dossier sur l’aménagement des terrains de tennis au Pré de l’herpe. Nous sommes tout d’abord satisfaits de voir que, tout comme le dossier suivant, ces dossiers-là n’ont pas fait l’objet d’un moratoire et ont été épargnés du courroux de la nouvelle équipe. Les 2 terrains de tennis et le terrain sportif polyvalent vont donc pouvoir se mettre en place comme nous l’avions programmé et prévu….

Pour autant, un point nous interroge….Celui de l’aménagement des tennis….En effet, pourquoi avons-nous pris l’initiative de déplacer les 2 tennis de Jean Gelet vers la salle Jara ? Tout simplement, en prévision du démarrage des travaux pour le centre aquatique….Par souci d’économie, on avait d’ailleurs prévu de réutiliser les grilles qui entourent le tennis de Jean Gelet et rendent obsolètes tout utilisation des terrains précédents. 

Oui, mais voilà…Que se passera-t-il si vous prenez l’absurde décision d’arrêter le projet du centre aquatique…????

Allons nous avoir dorénavant 4 terrains de tennis et 2 terrains multisports ? dont 2 terrains sans grillage et qui risque de devenir un terrain vague ? Sachant que fête le mur, l’association qui gère ces terrains, sera à la peine pour utiliser tous ces terrains….

Que prévoyez vous de faire Mme le Maire pour tous ces terrains et ce gachis ? Rajouter des grillages pour développer l’activité tennis pour les enfants ?

C’est vrai que lorsque Jean Gelet sera fermé 2 ans pour travaux de réhabilitation et que celle de l’ENTPE sera fermée par la DASS, il faudra bien occuper les enfants qui n’apprendront plus à nager….mais pourquoi pas, à jouer au tennis…..!!!!!!

Décidément, que de conséquences inattendues allez vous avoir si vous décidez de couler le projet du centre aquatique….et vous n’avez pas finit d’en avoir car je vous promets qu’en cas d’annulation, ce dossier vous poursuivra tout au long du mandat….

Nous sommes donc  suspendu à votre décision sur le centre aquatique pour savoir ce que vous allez faire des tennis…..

Ou en êtes vous Mme la Maire….???

Ou en êtes vous alors que nous savons qu’aujourd’hui les enveloppes pour démarrer les travaux sont toutes arrivées et que vous les laissez fermer en attendant de pouvoir sortir du moratoire et annoncer la probable « mort » du projet.

Ou en êtes vous alors que vous savez comme nous que le coût de l’arrêt sera d’au moins 2,5 millions d’euros et que le rafistolage de Jean Gelet sera d’au moins d’un montant équivalent….Allez vous vous entêtez à dépenser 5 à 6 millions d’euros pour proposer un Jean Gelet rafistolé au lieu d’un centre aquatique que les Vaudais méritent….

Car les Vaudais qui sont suspendus à votre décision, ils n’ont pas oublié..y compris ceux qui ont voté pour vous…. ils n’ont pas oublié que vous leur avez distribué un tract montrant Jean Gelet et le comparant aux centre aquatiques de Décines ou de Meyzieu…

Ils n’ont pas oublié qu’avec ces photos vous leur avez dit que vous vouliez qu’il soit au même niveau que leur voisin….

Ils n’ont pas oublié et veulent savoir si cela sera leur première déception de votre mandat Ils n’ont pas oublié et seront vous le rappeler…Croyez le bien….surtout quand ils découvriront que vous avez dépensé la même somme pour garder Jean Gelet raffistolé….. »

Bien évidemment, la Maire n’a rien répondu sur ce dossier à part qu’elle y répondrait…plus tard…

Le deuxième rapport porte sur les travaux à Jomard. Il s’agit du remplacement du terrain en gore par un terrain en synthétique et de la remise aux normes du terrain en herbe, dit « terrain d’honneur » qui doit répondre aux normes de la Fédération Française de Football. L’équipe première jouant en CFA2 depuis un an, nous avions en effet l’obligation d’agrandir de quelques mètres le terrain. Quant aux terrains en synthétique, il permettra à des enfants de développer la pratique sportive dans des conditions bien différentes que celles sur le gore….. Ces travaux, pour près d’un million d’euros auront lieu cet été et ont été initiés, préparés et discutés par l’ancienne équipe. Bernard Genin s’est félicité que l’on ne remette pas en cause, une fois encore, ce dossier.

Le troisième rapport porte sur des travaux au gymnase Paul Roux. Il s’agit des travaux pour refaire les vestiaires qui en avaient bien besoin.

Le 4e rapport porte sur l’annulation d’une délibération qui concerne le contrat d’affermage de la Maison des fêtes et des familles. En effet, le choix a été fait au moment de sa construction, afin d’alléger les charges de la ville, de confier à un prestataire privé la gestion de la salle. Le gestionnaire a pour mission de louer la salle et de reverser à la ville un montant d’environ 80.000 €. La société Henni qui gère l’hotel du même nom a obtenu pour la 2e fois cette appel et gère cette salle. Cette fois-ci, le préfet a annulé la délibération dans le cadre de ce que l’on appelle le contrôle de légalité, considérant que la procédure n’avait pas été respecté. La raison invoquée est assez surprenante car il s’agit d’un manque de publicité dans un journal spécialisé alors même que l’appel a fait l’objet d’une publicité dans trois journaux généraliste. Quoi qu’il en soit, pas d’inquiétude pour les familles, la loi prévoit 6 mois pour revoir la procédure. La maire semble vouloir en profiter pour revoir le dossier et peut-être le gérer en régie directe.

Le rapport suivant a porté sur les écoles. Cela a été l’occasion pour le groupe Gauche Citoyenne par la voix de Marie-France Vieux-Marcaud de relayer l’inquiétude des parents qui, le 6 juin, n’ont toujours aucune information sur la réforme des rythmes scolaires. Comment se fait-il qu’alors que le dossier était bien avancé, alors que la  Maire a dit qu’elle faisait de l’eéole sa priorité, que le Conseil Municipal de ce 6 juin ne fasse pas l’objet d’une présentation et d’un débat. Là encore, la seule réponse de Mme la Maire a été de dire qu’il y aurait une information au cours du mois de juin, et au conseil municipal du 26 juin. Bref, encore et toujours du flottement pour des dossiers pourtant urgent.

Le rapport suivant (je quitte l’ordre des délibs) a porté sur les indemnités d’élus. Les élus toucheront les mêmes indemnités que leurs prédécesseurs, sauf qu’il y a 4 adjoints de plus. Le montant supplémentaire induit par ces 4 adjoints de plus sera donc d’environ 480.000 euros (un adjoint coûte 20.000€/an *4 adjoints*6 nas). En soit, il est bien évidemment normal que les adjoints soient rémunérés et cela fait parti du bon fonctionnement de la démocratie, à condition bien évidemment que l’on ne vienne pas expliquer que l’on ne trouve pas d’argent pour permettre à nos enfant d’aller nager. D’ailleurs, un étrange débat s’en est suivi.

Pour justifier les indemnités des élus, Mme la Maire a expliqué, à juste titre, que les élus devaient consacrer du temps à leur fonction, ce qui suppose de se libérer de leur travail notamment. Mais, ce qui est curieux, c’est que si le temps disponible pour occuper la fonction d’adjoint au Maire est indispensable, cela ne lui pose toujours aucun problème de cumuler les fonctions et d’assumer le cumul. Très sur d’elle, elle a affirmé un peu plus tard dans le débat, dans un discours fleuve sur la démocratie fait de banalités creuses, qu’elle avait eu la transparence de dire aux électeurs qu’elle cumulerait et cela ne l’a pas empêché de gagner….Mme la Maire oublie juste qu’elle est  dans la ville qui bat les records d’abstention et qui voit le FN croître par rejet du politique. Les Vaudais ont certes voté a 26% pour elle puis à 40% mais avec une telle abstention que cela doit nous laisser tous humble et interrogatif……

Et disons de façon claire, si Mme le Maire occupait un plein temps à ces fonctions, les dossiers avanceraient plus vite……e Un autre rapport a porté sur la création d’un poste supplémentaire de chargé de mission pour aider à la création des conseils de quartier. Là encore, un débat sans grand intérêts’en est suivi sur la nécessité évidente pour les élus d’être épaulé. Le seul point surprenant de ce dossier qui a été soulevé à juste titre par Nordine Gasmi, c’est de découvrir avant sa création le nom de celui qui l’occupe et ce, avant même une quelconque procédure de recrutement où le choix se fait dans la concurrence et au regard des compétences. Rappelons que chacun pensait que ce dernier faisait parti du cabinet du Maire (poste par conte sans procéduee de recrutement)….Malheureusement, sur ce point, aucune réponse….

Enfin, le dernier rapport a porté sur le réglement intérieur. Curieusement, Mme le Maire a décidé de fixer à 4 le nombre d’élus minimum pour former un groupe alors même que nous savons qu’un groupe est actuellement de deux personnes. Pourquoi ? J’ai eu beau répété 4 fois la question, rien à faire, pas un seul argument….rien…Rappelons pour l’anecdote qie Mme la Maire avait un groupe de 3 pzrsonnes pendant le mandat précédent…..et que si nous avions fixé à 4 pour un groupe, elle aurait crié à juste titre au déni de démocratie…mais là rien….serait-ce là une basse manoeuvre politicienne ? Quoi qu’il en soit, on est loin du discours lénifiant sur le fait qu’elle accorderait des droits aussi importants à l’opposition qu’elle en a eu voire davantage…

Et bien non….Mme la Maire refuse ce droit démocratique que l’on pratiquepourtant dans les instances…..

Ce conseil Municipal a été édifiant…beaucoup de beaux discours sur la démocratie et le droit des oppositions mais dès que l’on passe à la pratique, on est à l’opposé…..Chaque conseil permet de dessiner le visage du nouveau Maire de Vaulx en Velin, un Maire qui fait de belles déclarations mais dont les pratiques sont bien loin de cette réalité et surtout dont l’absence se ressent fortement sur le retard que prennent les dossiers. Notons également, la nouveauté de ce Conseil, nous avons entendu la voix de M. Bertin qui s’est félicité des écrans…..bon, d’accord tous ceux qui se plaignaient de ne pas l’entendre n’ont pas été déçu…il a parlé…..mais  pour ne rien dire, comme quelqu’un de museler…….mais cela finira par changer….pas de doute…

 

Le début de mandat nous inquiète – Retour sur la conférence de presse

L’article du Progrès suite à notre conférence de Presse…L’inquiétude règne sur la ville….

L’article

VAULX-EN-VELIN. Le début de mandat inquiète la Gauche Citoyenne
Politique Le groupe Gauche Citoyenne dit sa surprise face à « l’impréparation » de la nouvelle équipe, et ses inquiétudes vis-à-vis des premières décisions.

deux mois après leur défaite aux élections municipales, l’opposition de gauche (1) tenait à faire le point sur le début du mandat socialiste.

« Aucune intervention sur le fond »

« Nous sommes surpris face à l’impréparation de la nouvelle équipe et inquiets sur les premières annonces et la méthode utilisée », affirme l’ancien maire, Bernard Genin au nom du groupe « Gauche Citoyenne ».

Autour de lui, Philippe Zittoun, Marie-France Vieux Marcaud et Sophie Charrier regrettent qu’il n’y ait eu pour l’instant « aucune intervention des élus sur le fond, même sur le budget qu’on nous a présenté comme un budget technique. 92 millions €, c’est une grosse technique ! La députée-maire, vice-présidente du Grand Lyon, semble vouloir être omniprésente dans les décisions. Mais comme elle est très absente, il n’y en a pas. C’est sans doute ce qui explique ce silence. On n’entend pas les adjoints, même ceux qu’on entendait sur tout et qui avaient des idées sur tout ! Heureusement qu’on connaissait auparavant la voix de Stéphane Bertin ! », affirment-ils, en se demandant toujours quel accord a lié les deux listes entre les deux tours.

Démocratie locale : gadget ?

Le conseil municipal approuvera ce jeudi soir la création de poste d’un chargé de mission des conseils de quartier (ce sera Yves Mena).

« Nous espérons que la démocratie locale ne sera pas un gadget avec 4 adjoints de quartier et un chargé de mission. Cela va coûter 120 000 € par an, au bas mot, à la Ville. Mais quand on voit les péripéties de l’Office municipal des sports ou le nouveau règlement intérieur du conseil municipal, on s’interroge sur ce qu’ils attendent de la démocratie locale. Il faut maintenant quatre élus pour former un groupe. Si on avait appliqué cette règle pendant le dernier mandat, Hélène Geoffroy n’aurait jamais pu prendre la parole en conseil municipal : ils n’étaient que trois dans son groupe ! », constatent-ils. Et ils regrettent le silence sur les rythmes scolaires. « Nous avions créé une commission consultative qui fonctionnait bien. Il n’y a eu aucune réunion depuis deux mois. Les parents sont inquiets et n’ont aucune information. Il n’y a plus de concertation, et le dossier ne sera même pas débattu en conseil municipal. C’est une drôle de façon de faire vivre le débat démocratique ! »

Centre aquatique : l’incompréhension

« Le Parti socialiste a toujours voté pour ce dossier, sans aucune critique ni réserve. Notre projet coûte 20 millions €, mais la Ville finance juste 6 millions €. Nous avons déjà payé 1,8 million € pour les études. S’il faut indemniser les entreprises et les architectes, rafistoler Jean-Gelet et la piscine de l’ENTPE, cela ne nous coûtera pas bien moins cher. Abandonner le projet de centre aquatique, c’est un choix incompréhensible ! », assure Philippe Zittoun. « On ne peut pas dire qu’on n’a pas d’argent tout en augmentant le nombre d’adjoints, qui passent de 12 à 16. Quant à prétendre que c’est pour donner la priorité aux écoles, c’est de la mauvaise foi. L’éducation était déjà notre priorité, et ils vont réaliser les travaux que nous avions déjà programmés », ajoute Bernard Genin.

Grand Lyon : les grandes questions

Hélène Geoffroy prétendait mieux représenter la ville au Grand Lyon, mais la Gauche Citoyenne s’interroge : alors que Alain Touleron y siégeait, il n’y a désormais plus de représentant de la 4e ville du département au Sytral. Personne non plus à la commission sur l’aéroport de Bron, qui semblait pourtant si indispensable à Stéphane Bertin. « Stéphane Gomez siège à la commission sur Saint-Exupéry : il a dû se tromper d’aéroport ! », se moque gentiment Bernard Genin.

« Tout va dans le sens du flou et des incertitudes. Pour les 4 ZAC, nous avions réussi à obtenir des financements importants pour les équipements. Nous savons bien que leur objectif de dé-densification est en désaccord avec Gérard Collomb. Si on dé-densifie, il y aura moins d’équipements. Il faut être extrêmement pugnace pour ne pas que les dossiers s’enlisent. Hélène Geoffroy freine tout, mais on ne sait pas comment elle va renégocier les dossiers, dans le contexte de réduction des dépenses publiques, qu’elle-même vote à l’Assemblée nationale ».

(1) Après la scission voulue par Saïd Yahiaoui (IC) et Dora Hannachi (IC), le groupe « Gauche Citoyenne » comprend six élus : Bernard Genin (PC), Sophie Charrier (PG), Philippe Zittoun (DvG), Marie-France Vieux-Marcaud (PC), Nordine Gasmi (UVI), Nawelle Chhib (Uvi).

Laurence Loison

La chasse au sorcière a-t-elle commencé ? 

 » Je ne serai ni la maire d’un groupe, ni la maire d’un clan. » avait déclaré la Maire le jour de son élection…. voulant rassurer contre toute rumeur de chasse aux sorcières…

Des rumeurs courent depuis plusieurs semaines pourtant sur des arrêt de contrat et des embauches de « proches » et pas seulement dans le cabinet….mais il ne s’agissait que de rumeurs….

Et puis, la première surprise est arrivée aujourd’hui à l’occasion de la sortie de Vaulx le Journal, le journal de la ville…le changement de rédacteur en chef du journal qui n’est plus Edith Gatuing mais Jean-Pierre Lardy, le directeur du service communication….Edith Gatuing est rétrogadée à la fonction de rédactrice…

Alors que le journal est une structure autonome avec un Conseil d’administration qui n’a été informé de rien….la rédactrice en chef a été viré….des bruits courraient sur le fait que le journal avait été repris en main avec une véritable procédure de « contrôle politique » du cabinet, procédure qui n’existait pas au mandat précédent,….la solution de la reprise en main totale a été privilégié…..

Entre-t-on dans une nouvelle ère de chasse aux sorcières et de contrôle politique ?

http://www.vaulx-en-velin-journal.com/Parutions

Capture