Le début de mandat nous inquiète – Retour sur la conférence de presse

L’article du Progrès suite à notre conférence de Presse…L’inquiétude règne sur la ville….

L’article

VAULX-EN-VELIN. Le début de mandat inquiète la Gauche Citoyenne
Politique Le groupe Gauche Citoyenne dit sa surprise face à « l’impréparation » de la nouvelle équipe, et ses inquiétudes vis-à-vis des premières décisions.

deux mois après leur défaite aux élections municipales, l’opposition de gauche (1) tenait à faire le point sur le début du mandat socialiste.

« Aucune intervention sur le fond »

« Nous sommes surpris face à l’impréparation de la nouvelle équipe et inquiets sur les premières annonces et la méthode utilisée », affirme l’ancien maire, Bernard Genin au nom du groupe « Gauche Citoyenne ».

Autour de lui, Philippe Zittoun, Marie-France Vieux Marcaud et Sophie Charrier regrettent qu’il n’y ait eu pour l’instant « aucune intervention des élus sur le fond, même sur le budget qu’on nous a présenté comme un budget technique. 92 millions €, c’est une grosse technique ! La députée-maire, vice-présidente du Grand Lyon, semble vouloir être omniprésente dans les décisions. Mais comme elle est très absente, il n’y en a pas. C’est sans doute ce qui explique ce silence. On n’entend pas les adjoints, même ceux qu’on entendait sur tout et qui avaient des idées sur tout ! Heureusement qu’on connaissait auparavant la voix de Stéphane Bertin ! », affirment-ils, en se demandant toujours quel accord a lié les deux listes entre les deux tours.

Démocratie locale : gadget ?

Le conseil municipal approuvera ce jeudi soir la création de poste d’un chargé de mission des conseils de quartier (ce sera Yves Mena).

« Nous espérons que la démocratie locale ne sera pas un gadget avec 4 adjoints de quartier et un chargé de mission. Cela va coûter 120 000 € par an, au bas mot, à la Ville. Mais quand on voit les péripéties de l’Office municipal des sports ou le nouveau règlement intérieur du conseil municipal, on s’interroge sur ce qu’ils attendent de la démocratie locale. Il faut maintenant quatre élus pour former un groupe. Si on avait appliqué cette règle pendant le dernier mandat, Hélène Geoffroy n’aurait jamais pu prendre la parole en conseil municipal : ils n’étaient que trois dans son groupe ! », constatent-ils. Et ils regrettent le silence sur les rythmes scolaires. « Nous avions créé une commission consultative qui fonctionnait bien. Il n’y a eu aucune réunion depuis deux mois. Les parents sont inquiets et n’ont aucune information. Il n’y a plus de concertation, et le dossier ne sera même pas débattu en conseil municipal. C’est une drôle de façon de faire vivre le débat démocratique ! »

Centre aquatique : l’incompréhension

« Le Parti socialiste a toujours voté pour ce dossier, sans aucune critique ni réserve. Notre projet coûte 20 millions €, mais la Ville finance juste 6 millions €. Nous avons déjà payé 1,8 million € pour les études. S’il faut indemniser les entreprises et les architectes, rafistoler Jean-Gelet et la piscine de l’ENTPE, cela ne nous coûtera pas bien moins cher. Abandonner le projet de centre aquatique, c’est un choix incompréhensible ! », assure Philippe Zittoun. « On ne peut pas dire qu’on n’a pas d’argent tout en augmentant le nombre d’adjoints, qui passent de 12 à 16. Quant à prétendre que c’est pour donner la priorité aux écoles, c’est de la mauvaise foi. L’éducation était déjà notre priorité, et ils vont réaliser les travaux que nous avions déjà programmés », ajoute Bernard Genin.

Grand Lyon : les grandes questions

Hélène Geoffroy prétendait mieux représenter la ville au Grand Lyon, mais la Gauche Citoyenne s’interroge : alors que Alain Touleron y siégeait, il n’y a désormais plus de représentant de la 4e ville du département au Sytral. Personne non plus à la commission sur l’aéroport de Bron, qui semblait pourtant si indispensable à Stéphane Bertin. « Stéphane Gomez siège à la commission sur Saint-Exupéry : il a dû se tromper d’aéroport ! », se moque gentiment Bernard Genin.

« Tout va dans le sens du flou et des incertitudes. Pour les 4 ZAC, nous avions réussi à obtenir des financements importants pour les équipements. Nous savons bien que leur objectif de dé-densification est en désaccord avec Gérard Collomb. Si on dé-densifie, il y aura moins d’équipements. Il faut être extrêmement pugnace pour ne pas que les dossiers s’enlisent. Hélène Geoffroy freine tout, mais on ne sait pas comment elle va renégocier les dossiers, dans le contexte de réduction des dépenses publiques, qu’elle-même vote à l’Assemblée nationale ».

(1) Après la scission voulue par Saïd Yahiaoui (IC) et Dora Hannachi (IC), le groupe « Gauche Citoyenne » comprend six élus : Bernard Genin (PC), Sophie Charrier (PG), Philippe Zittoun (DvG), Marie-France Vieux-Marcaud (PC), Nordine Gasmi (UVI), Nawelle Chhib (Uvi).

Laurence Loison

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s