Le sport dans tous ses états…..

EG SportApres avoir sur-investi la lutte contre le racisme pour tenter de faire oublier son incapacité à prendre des mesures à la hauteur de la gravité des problèmes,  voilà que Mme la Maire, dépourvue d’adjoint aux sports, lance à grand renfort de publicité les Etats Généraux du Sport. Mobilisant une société extérieure, faisant appel au Ministre des Sports, couvrant la Ville d’affiches,  la Maire n’a pas lésiné sur les moyens. Est-ce là encore un moyen de faire oublier les erreurs qui se sont accumulées ces derniers mois sur le sujet ?

Pour répondre à cette interrogation, commençons par nous poser quelques questions essentielles.

Tout d’abord, pourquoi Mme la Maire a-t-elle annulé la conférence de presse qui devait marquer le lancement en grande pompe de ces états généraux ? Un problème d’emploi du temps ? Peut-être était-ce plutôt pour éviter de dire que son service Com a fait les comptes des inscrits la semaine d’avant…..parmi les 8000 licenciés Vaudais,  ils étaient combien à avoir répondu à cet appel recouvrant la ville ? 500 ?  100 ? 10 ? Non, mais 4……et oui, 4 inscrits malgré la campagne et les efforts de Mme la Maire….Il a donc fallu dans la précipitation appeler tous les présidents de club pour leur demander de faire des efforts et de permettre de gonfler au moins artificiellement les chiffres…aux inscrits réels, on a donc ajouté les inscrits virtuels sollicités par « téléphone »…..mais cela n’a pas suffit pour maintenir la conférence de presse.

Deuxième question, pourquoi faire les Etats Généraux du Sport ? Quand on prend la tête d’une Mairie, on peut effectivement s’attendre à ce qu’un nouveau Maire se lance dans de vastes chantiers, c’est juste, mais pourquoi commencer par le sport ? Les chantiers ne manquent pas dans la ville…la Culture, l’Education, la Santé, l’Emploi….pourquoi le Sport ? Pourquoi le Sport alors que tout le monde s’accorde pour dire que c’est un des secteurs les plus dynamiques dans cette ville porté par une politique publique de qualité ? Pourquoi ne pas s’attaquer à des politiques publiques qui connaissent des difficultés, et elles ne manquent pas, et qui mériteraient justement un effort de réflexion et des moyens ?

C’est cette question que beaucoup de responsables sportifs se pose aujourd’hui….et qui les inquiète. Pourquoi la Maire s’occupe d’eux alors même que, dans l’ensemble, ils sont satisfaits de la politique conduite ? Cette méfiance qu’ils expriment, loin d’être le fruit d’une suspicion infondée, repose sur 8 mois d’expérience. 8 mois que la Mairie a changé de bord et qu’ils ont vu jour après jour les piliers de la politique sportive mis à mal, piliers qu’ils avaient pourtant contribué à bâtir.

Premier pilier attaqué,  la dynamique participative. Depuis des années,  les responsables sportives sont non seulement consultés sur tous les dossiers qui concernent le sport mais ils co-construisent cette politique grâce à l’OMS. Pas une mesure ou une réforme qui ne s’est faite sans eux. L’OMS a, par exemple, été au cœur de l’élaboration des nouveaux critères de subvention qui a demandé de très nombreuses réunions et qu’ils ont votés à l’unanimité. Or, depuis 8 mois, l’OMS, ce formidable outil participatif a été affaibli par la Maire qui a provoqué le départ de deux présidents. Loin d’être consultés, les clubs n’ont ainsi été associés ni à la réforme des temps scolaires qui les a pourtant largement impactée, ni à l’opportunité de mettre en place des Assises, tant sur la forme que sur les thèmes abordés.

Deuxième pilier, l’équité et la transparence dans les subventions. Jusqu’à présent, toutes les subventions aux sports bénéficiaient d’un système de calcul clair, transparent et équitable. Ils pouvaient ainsi obtenir

– Une subvention de fonctionnement dont le montant annuel est fixé à partir d’un calcul sur la base de critères connus que les clubs avaient contribué à élaborer. Cela valait non seulement pour les équipes de niveau local ou départemental, mais cela valait aussi pour le haut niveau.
– Une subvention spécifique pour la location de salles ou de sièges pour les clubs ne bénéficiant pas des locaux gratuits de la municipalité,
– Une subvention exceptionnelle pour les clubs en difficulté.  Cette subvention, loin d’être attribuée à la tête du client faisait l’objet d’une procédure particulière connue de tous : 1) Un audit des finances du club pour comprendre la nature des difficultés 2) La mise en place d’un plan de redressement pour éviter que le problème ne revienne

Aucune subvention n’a été attribuée en dehors de ce système juste, transparent et équitable.

Oui mais voilà, ça, c’était avant.

Pour la première fois, au mois de juillet, cette transparence a été levée. Dans une tentative grotesque de camouflage, preuve déjà qu’il y avait quelque chose à cacher, un club a bénéficié d’une subvention de 10.000€ sans justification, sans plan de redressement….une subvention juste comme cela…..un club qui avait pourtant déjà bénéficié des largesses de la députée, qui lui avait accordé de quoi financer 2 minibus….

Les clubs le savent bien, cette subvention est le signe de la disparition de l’équité et de la transparence, au profit d’une logique clientéliste.

Troisième Pilier, la priorité à la rénovation des équipements sportifs vétustes. Le sport n’est plus une priorité, Mme la Maire l’a bien expliqué en sacrifiant plus de 2,5 millions d’euros pour arrêter un projet de centre aquatique dont les enfants avaient tant besoin et pour laisser une piscine vétuste à la place où parents et enfants s’entassent dans des conditions déplorables pour de nombreuses années….La priorité est à l’éducation certes, comme pour la municipalité précédente mais à l’éducation sans le sport….Aujourd’hui, alors que l’on ne voit rien de nouveau sur le plan de l’éducation par rapport à ce qui était lancé, on voit ce qui disparaît, le sport….La sport n’est plus la priorité, et les sportifs le savent bien.

Quatrième Pilier, un service de plus de 62 agents investis et impliqués au service du Public. C’est la l’engagement de ce service et sa connaissance du terrain sur lequel reposent une grande partie de la qualité des prestations fournies aux écoles et aux associations sportives.

Oui mais voilà, au lieu de s’appuyer sur l’expérience de ce service et les talents qui s’y trouvent, de mobiliser les ressources internes que les citoyens financent déjà, Mme la Maire a préféré solliciter une société extérieure et dépenser de l’argent public. Le résultat est là….les 4 inscrits de la semaine dernière résonnent comme un constat d’échec…..Le service des sports sait comment on mobilise les clubs sportifs, quels sont les jours à privilégier et les modalités à prendre en compte pour faciliter la mobilisation.

Devant un tel constat, pas étonnant que les seules motivations que l’on entend dans le monde sportif, c’est « on va peut-être y aller pour savoir quel mauvais coup risque de nous tomber dessus »…ou encore « quand on voit que l’un des principaux thèmes est « comment trouver des sponsors », on se dit qu’elle nous prépare une baisse des subventions » et qu’au final, les gens y aillent à reculons…….

Comme l’a dit la Maire au Conseil Municipal, les clubs veulent que l’on réponde à leurs inquiétudes mais ce n’est pas seulement les inquiétudes du monde extérieur qui les préoccupent, mais aussi, voire surtout, celles que génèrent la municipalité. ..Peut-être est-ce à cette question que Thierry Braillard va pouvoir répondre…..

Manifestement, Mme la Maire a trouvé sa stratégie…Faire des Plans, des Assises, des Etats Généraux et faire surtout beaucoup de bruits pour étouffer les cris des politiques qu’elle détruit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s