Quand Mme la Maire transforme le Conseil Municipal en parodie de démocratie

Ce 4 février 2016, les Vaudais étaient venus nombreux pour le Conseil Municipal dont le premier rapport avait pour objet de destituer de son poste, l’adjoint au personnel mis en examen pour viol. Après l’affaire de l’élu coupable de propos antisémites, l’équipe d’Hélène Geoffroy se retrouvait une fois encore dans la tourmente suscitant une vive inquiétude dans la population.

Pour autant, ce premier rapport se passa dans une sérénité soigneusement préparée. Il faut dire que la Maire avait pris le soin de rencontrer son opposition pour lui demander à la fois un soutien unanime à son acte d’avoir retiré la délégation et le souhait de ne pas en rajouter à un événement qui a fait la Une de l’actualité. Plus encore, la Maire avait expliqué qu’elle souhaitait tourner la page d’une période d’affrontement qui donne le sentiment que la campagne ne s’en finit pas pour entrer dans une période de sérénité, de confiance et de travail en commun.

Sensible à ces arguments, les élus de l’opposition de gauche ont choisi une attitude responsable en ne cherchant pas à « exploiter » politiquement la situation, préparant un discours sobre et une attitude retenue. Conscients que ces évènements abiment l’image de la ville et de la politique, ils avaient décidé de participer sobrement à un  Conseil Municipal qui se devait d’être exemplaire.

Mais ce fut sans compter le cynisme de la Maire qui, une fois le rapport de destitution voté par la quasi-unanimité des conseillers municipaux (sauf 2 voix), commença par se servir de l’évènement pour faire de la politique politicienne. Elle entama un long monologue pour annoncer ses « nouvelles » orientations et faire un discours de politique générale sans lien avec les rapports et l’ordre du jour. Reconnaissant son échec sur les deux années écoulées, elle exprima son souhait de faire autrement. Mais au lieu de laisser la parole à l’opposition comme le veut l’usage démocratique, décréta que cette dernière n’aurait pas le droit à la parole avant la fin des opérations de vote pour désigner les nouveaux adjoints.  Débattre après avoir voté, les élus d’opposition s’offusquèrent et refusèrent de participer à ce simulacre de démocratie.

Mais ce ne fut pas tout. Elle profita de l’occasion non pour réorganiser son équipe mais pour régler ses comptes. Elle annonça d’abord le retrait de délégation de M. et Mme Bertin au nom de « désaccords » politiques et demanda aux élus de voter leur destitution. Alors que M. Bertin voulu prendre la parole avant le vote pour donner son point de vue, elle lui refusa le droit de s’exprimer. Tels deux condamnés, M. et Mme Bertin n’eurent pas le droit d’exprimer leur dernière volonté…..Lorsque l’on sait que Mme la Maire n’occupe son poste que grâce au soutien de M. et Mme Bertin et de leur 16% de voix obtenu au premier tour, il y a de quoi rester stupéfait.

Alors que chacun espérait la sérénité, Mme la Maire fit régner la confusion. Alors que, pris sous les feux des projecteurs médiatiques, chacun espérait avoir un Conseil Municipal exemplaire, Mme la Maire se livra à un « coup » de politique politicienne à l’ancienne donnant une fois de plus une bien piètre image de la politique. Alors que chacun espérait y montrer une autre image de la démocratie, Mme la Maire en fit le théâtre d’une parodie en trois actes.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s